Compétences pour les emplois de demain : comment s’assurer que votre organisation poursuit sa réussite

À l’ère du numérique, les compétences qui permettent de se distinguer sont résolument humaines. Voilà pourquoi le savoir-être occupe la place centrale dans le monde du travail de demain.

L’AVENIR DU TRAVAIL | TEMPS DE LECTURE : 6 MINUTES

Le Covid a fait de la croissance et de l’innovation technologique une priorité. Il nous a également propulsés dans une période que beaucoup considèrent comme dotée d’un énorme potentiel. On estime, par exemple, que l’IA entraînera une augmentation de 26 % du PIB mondial d’ici 2030.1

Cependant, pour de nombreux chefs d’entreprise, cette transformation nécessite de repenser la manière dont leur organisation fonctionne au quotidien, et cela inclut la manière dont les employés travaillent et les compétences dont ils ont besoin pour accomplir ce travail dans le futur.

Selon le rapport Future of Jobs du Forum économique mondial, 50 % des employés devront acquérir de nouvelles compétences d’ici 2025. Mais un sondage du PwC mené auprès de chefs d’entreprise et de responsables RH a révélé que seulement 26 % d’entre eux étaient tout à fait d’accord avec le fait de pouvoir identifier les compétences nécessaires pour faire face à cette évolution technologique.

Regarder la vidéo

Regarder la vidéo

Nous allons examiner plus en détail les facteurs humains désormais nécessaires à la réussite d’une entreprise, et vous partager l’interview de Ben Eubanks, analyste principal chez Lighthouse Research & Advisory. Il a nous a fait part de ses idées concernant les compétences spécifiques dont les employés auront besoin pour faire fonctionner les entreprises de demain. Regardez l’interview en entier ci-dessous ou poursuivez votre lecture pour en savoir plus.

Compétences pour les emplois de demain

Compétences pour les emplois de demain

Ce besoin en nouvelles compétences découle de deux aspects de l’expérience employé, à savoir le lieu et le processus, qui ont énormément changé durant la pandémie de Covid.

Ce qui a débuté comme un bouleversement, avec l’adoption du télétravail et de la distanciation sociale, a poussé les chefs d’entreprise à se concentrer sur des solutions de travail plus intentionnelles, flexibles et durables : celles qui soutiennent l’inclusivité, permettent d’économiser de l’argent, et encouragent l’efficacité et un meilleur équilibre entre travail et vie privée.

Pour les travailleurs à distance et hybrides, leur bureau pouvait se trouver au sein du siège de l’entreprise, à la table de la cuisine ou même dans un café, ce qui les a mis au défi de rester connectés tout en se trouvant loin des locaux principaux, un problème que le personnel de terrain doit affronter depuis des années. Et pour ces travailleurs sans bureau, bien que l’espace de travail reste le même, la façon dont il fonctionne dans cette période post-Covid peut s’avérer très différente. Avec un meilleur accès aux données en temps réel et aux analyses prédictives, aux systèmes de paiement dématérialisé et aux applications mobile, leur environnement de travail a changé également et le besoin d’être à la pointe de la technologie a augmenté de manière exponentielle.

Pour le personnel de terrain et leurs collègues travaillant dans les bureaux, des compétences spécifiques ont été nécessaires pour faire face à ce nouvel environnement. Mais avec l’avancée numérique actuelle, il faut s’attendre à une interruption globale des méthodes de travail traditionnelles.

Le rapport Future of Jobs du Forum économique mondial estime que, d’ici 2025, 85 millions d’emplois seront supplantés par un changement de répartition du travail entre humains et machines, tandis que 97 millions de nouveaux emplois devraient voir le jour. Mais il ne s’agit pas simplement d’ajouter ou de supprimer des postes sur le marché du travail. Alors que les technologies numériques et d’IA se déploient dans tous les secteurs, les dirigeants doivent se préparer à cette transformation. Les rôles existants vont évoluer, et les employés devront évoluer avec eux. Améliorer et renforcer les compétences devient donc une priorité.

L’automatisation réduit le besoin d’effectuer des tâches manuelles, répétitives et fastidieuses, mais loin d’ouvrir la voie à une main-d’œuvre composée de robots qui remplaceraient les humains, elle entraîne le besoin d’un savoir-être qui a été longtemps mis de côté car jugé non essentiel. En d’autres termes, les compétences désormais nécessaires pour le travail de demain sont, selon Eubanks, « résolument humaines ».

« ... à chaque fois que l’automatisation entre en jeu, déclare-t-il, qu’il s’agisse d’automatisation mécanique ou numérique, le travail qui reste est un peu plus humain que celui qu’il y avait auparavant. Elle permet d’éliminer certaines tâches robotiques, des choses que, pour être honnête, on n’aimait pas vraiment faire, et elle nous laisse les compétences professionnelles humaines qui nous permettent de nous concentrer sur ce qui importe vraiment, de tisser des liens plus étroits et d’accomplir le travail le plus créatif. »

Pour en savoir plus sur les observations d’Eubanks, regardez cette vidéo dans laquelle il aborde la nature humaine des compétences à l’ère du numérique.

Compétences pour le monde du travail de 2030

Compétences pour le monde du travail de 2030

Ce sont les « compétences sociales, émotionnelles et hautement cognitives » qui auront une grande importance à l’avenir, affirme McKinsey. Cependant, ces compétences ne sont pas à elles seules la clé du succès, déclare-t-il. L’attitude aura aussi son rôle à jouer. Autrement dit, la manière dont les employés envisagent leur travail et la manière dont ils le réalisent. Cela peut inclure leur capacité à gérer l’incertitude ou leur volonté d’acquérir de nouvelles compétences en premier lieu.

Voici six compétences professionnelles parmi les plus importantes pour 2030.

  1. Compétences numériques

    Selon le Global Digital Skills Index de 2022, 76 % des travailleurs ne se sentent pas préparés pour travailler dans un monde axé sur le numérique, et seulement 23 % des PDG maîtrisent le numérique. Des connaissances de base en informatique, concernant notamment les e-mails et les discussions, aux compétences avancées, telles que la gestion de produit numérique et la conception UX, une amélioration des compétences est nécessaire à tous les niveaux et dans tous les secteurs.

    Étant donné la rapidité de l’évolution, les connaissances ont également une durée de vie relativement courte. Cela signifie que les compétences numériques, et l’avantage concurrentiel qui les accompagne, ne peuvent être maintenus que par un apprentissage et un développement continus.

  2. Communication

    Les messageries instantanées, les appels vocaux, les visioconférences, les e-mails... Nous communiquons à divers endroits et devons être capables de comprendre et de nous faire comprendre dans chacun d’eux. Cela signifie qu’il faut perfectionner ses compétences en communication écrite et orale, en particulier lorsque les équipes travaillent dans différents lieux. La capacité à utiliser un langage clair, concis et exempt de jargon est donc primordiale.

    Une communication efficace s’effectue à double sens : c’est un processus bilatéral qui repose autant sur la capacité à écouter que sur celle à partager des informations pertinentes au moment opportun avec les personnes concernées.

  3. Agilité mentale

    Notre capacité à réfléchir, à apprendre et à assimiler de nouvelles informations repose sur l’agilité mentale. C’est également le cas pour notre capacité à nous adapter, à nous montrer créatifs et à faire face au changement avec résilience et flexibilité. Votre organisation est-elle capable de s’adapter lorsque des opportunités ou des épreuves se présentent ? Est-elle capable d’innover et de faire les choses différemment ? A-t-elle la capacité de sortir des sentiers battus ?

    La psychologue organisationnelle Dr Nicole Lipkin suggère d’aborder les personnes, les situations et les décisions avec « un esprit de débutant, ce qui signifie abandonner vos idées préconçues et entretenir la curiosité ». Cela consiste en partie à cultiver une ouverture d’esprit qui, selon Lipkin, est essentielle pour rester à flot et trouver sa voie.

  4. Esprit critique

    Nous vivons dans une époque de surcharge informationnelle. Être capable d’évaluer, de filtrer et d’analyser les faits qui se présentent à nous relève d’un esprit critique. C’est une compétence indispensable dans les situations qui nécessitent de prendre une décision, de résoudre un problème, de gérer son temps et de planifier efficacement.

    Rien ne devrait être pris pour argent comptant, mais plutôt décomposé rigoureusement. Et en creusant plus loin, il est possible de jeter les bases d’une véritable progression et innovation.

  5. Compétences interpersonnelles

    Le travail à distance offre tout un tas d’avantages, notamment un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle. Mais il entraîne également un risque d’isolement, avec des travailleurs qui se sentent mis à l’écart et déconnectés. Le remède ? De bonnes compétences interpersonnelles, notamment la collaboration, la communication et l’empathie.

    Un environnement de travail inclusif et offrant un soutien émotionnel est un environnement où les employés sont désireux et capables de voir le monde à travers les yeux d’autres personnes et de comprendre leur point de vue. Dans un climat d’acceptation mutuelle, les employés peuvent tisser des liens basés sur la confiance et sur un sentiment d’appartenance à une communauté. Par ailleurs, de meilleures relations aident également à résoudre les conflits et permettent de faire des commentaires et d’en recevoir, ce qui est essentiel pour les responsables.

  6. Autogestion

    Qualifiée par McKinsey d’« auto-leadership », il s’agit de la capacité des travailleurs non supervisés à s’automotiver. Cela comprend également la conscience de soi et l’auto-évaluation honnête qui nous permet de miser sur nos forces et de corriger nos faiblesses.

    L’autogestion demande une intelligence émotionnelle : la capacité de comprendre et de gérer les émotions. Cela conduit ensuite à une meilleure autorégulation, à une prise de décision éclairée et à une énergie, un dynamisme et un enthousiasme qui améliorent les performances et les compétences d’influence, ainsi que la capacité à motiver et à inspirer les autres.

Découvrez l’avenir du travail

Inscrivez-vous pour découvrir les dernières nouveautés à propos de l’avenir du travail et du métavers.

En envoyant ce formulaire, vous acceptez de recevoir de la part de Meta des communications électroniques de type marketing, notamment des actualités, des évènements, des mises à jour et des e-mails promotionnels. Vous pouvez retirer votre consentement et vous désabonner de ces e-mails à tout moment. Vous reconnaissez également avoir lu et accepté les Conditions relatives à la confidentialité de Workplace.

Vidéos connexes

À la découverte du bureau infini

1 « Ne craignez pas l’IA. Elle entraînera une croissance de l’emploi à long terme », Forum économique mondial, 2020.
Cet article a-t-il été utile?
Merci de vos commentaires

Publications récentes

L’avenir du travail | Temps de lecture : 11 minutes

L’avenir du travail

À quoi ressemble le travail dans le métavers ? Le travail hybride va-t-il perdurer ? Même si on ne peut pas prédire l’avenir de façon certaine, vous pouvez tout de même préparer votre organisation pour l’avenir.

L’avenir du travail | Temps de lecture : 12 minutes

Travail hybride : découvrez une nouvelle manière de travailler

Souhaitez-vous que le personnel revienne au bureau ou peut-il continuer à télétravailler ? Et pourquoi pas un peu des deux ? Le travail hybride pourrait être la meilleure solution pour votre organisation.

L’avenir du travail | Temps de lecture : 6 minutes

Comment travaillerons-nous dans le métavers ?

De la collaboration en équipe à la culture d’entreprise, voici cinq façons dont le métavers et la réalité virtuelle pourraient transformer le monde du travail et des affaires de demain.